Accueil du site > Ressources > L'apprentissage du travail en groupe : des défis pour nos jeunes !

L’apprentissage du travail en groupe : des défis pour nos jeunes !

Qui a dit que seul on arrivait à tout ? Nos scientifiques en herbe n’échappent pas à la règle. Futurs ingénieurs ou chercheurs, pour eux le travail en équipe sera bien plus important qu’ils peuvent le penser. Je vous laisse découvrir quelques jeux et méthodes pour stimuler l’esprit de travail en équipe. Que la créativité soit !


7-9 ans 10-12 ans - Activité de groupe
Lieu : Activité éducative
Domaines : Activités intellectuelles,
Participants : de 1 à 10
Encadrants : 1 adulte

Qui a dit que seul on arrivait à tout ? Nos scientifiques en herbe n’échappent pas à la règle. Futurs ingénieurs ou chercheurs, pour eux le travail en équipe sera bien plus important que ce que l’expérience de l’école à pu leurs faire croire. Dans cet article je me propose de vous décrire deux jeux qui stimulent les facultés de travail en équipes. Par la suite je vous proposerais quelques méthodes de travail en groupe, applicable par les jeunes durant leur projet

 1/Alunissage forcé

Contexte : votre navette spatiale à fait un atterrissage forcé sur la face éclairé de la lune, l’équipage doit rejoindre la fusée mère (qui se trouve à une bonne trotte : 320km :-> !).

JPEG - 506.5 ko
Alunissage forcé
fait par Elliott Parcy

L’objectif du jeu est pour nos jeunes spationautes de classer les 15 objets qu’il leurs reste du crash par ordre d’importance pour rejoindre la base.

Matériel : liste des objets (une fiche par jeune)

PDF - 141.2 ko
jeu1 : liste des objets ayant survécu

Ce jeu se déroule en deux étapes, une étape individuelle puis une mise en commun (soit deux fois une demie heure).

Le premier objectif pédagogique de ce jeu est de faire prendre conscience des atouts et inconvénients de la prise de décisions en équipe. Il permet de comparer l’efficacité de la réflexion individuelle et collective, ces à dire mettre en avant le potentiel beaucoup plus créateur d’un groupe, mais cependant devoir être méthodique pour pouvoir gérer les conflits et prendre des décisions.

L’animateur pendant ce jeux peut prendre du recul et ne pas avoir de rôle dans le jeu, les jeunes seront donc totalement autonomes. Il sera intéressant pour lui de voir comment l’équipe a mené la réflexion :
- une hiérarchie s’est elle installé ? Des rôles ont il été attribués ? De manière instinctive ? Concernant chaque membre :
- Chacun a-t-il eu la possibilité de s’exprimer ?
- Chaque participant écoutait-il les suggestions venant des autres ou cherchait-il à imposer sa propre liste ? Enfin concernant la prise de décision :
- Combien de temps ont demandé les différentes décisions ?
- Certains sous-groupes ont-ils adopté des modes de décision tels que la loi de la majorité, les concessions réciproques ou le hasard ?
- Ont-ils fait preuve de créativité ?

Le deuxième objectif pédagogique est de coupler des connaissances sur l’environnement lunaire et les objectifs de la mission : assurer sa survie et se donner les moyens d’effectuer le trajet. Des indices tels que « partie éclairé de la lune » devrais donner des pistes sur l’utilisation possible (et parfois détournée) de certains objets…..

Ce jeu à été proposé par la NASA qui à elle-même fait une classification (voir ci joint )

PDF - 190.2 ko
jeu1 : classement de la NASA

, celle ci peut servir comme référence et, dans une dernière étape, permettrait de comparer les idées développées durant les jeu et ceux de la NASA.

GIF - 31 ko
le petit prince : Saint Exupéry

 2/dessine moi un avion

Ce second exemple énonce plus un style d’activité,qu’une activité fixée dans ses règles . (elle est adaptable selon la thématique du séjour). pour la décrire, j’utiliserais un exemple que j’ai personnellement vécu durant un de mes stages scientifiques.

cette activité peut être réalisée par un groupe de 6 à 10 personnes Les jeunes sont réparti en plusieurs groupes (3 par groupe idéalement), l’objectif du jeu est pour chaque groupes de réussir au mieux un défi posé par l’animateur.

Exemple : « avec les outils et le matériel disponibles dans cette salle, fabriquez moi un propulseur qui permette d’envoyer un objet le plus loin possible » (les secrets du paradisea, 2010)

la consigne ne doit pas être tournée vers un but précis, mais doit demander aux groupes de faire au mieux. Elle doit aussi préciser les limites, géographiques, matérielles et temporelles. Dans mon exemple nous avions eu une bonne partie de l’après midi (le reste du temps servant à conclure l’activité), nous avions à disposition tout l’atelier bricolage, qui contenait une quantité d’objets hétéroclites à utiliser.

la consigne peut être en revanche très vague sur certains points. Aussi nous nous étions interrogés : « un objet à envoyer dans le ciel ? un avions ? » « non, un objet, grâce à un un propulseur » bref nous étions que limité par notre imagination !

L’activité peut se dérouler en deux parties : une partie de réflexion de projet et une partie conception.

l’objectif pédagogique est de développer sa créativité et ses capacités d’organisation au sein d’une équipe. pour répondre au mieux au défit posé, le groupe devra jongler entre écoute de chacun et efficacité, imagination et réalisme.

 3/des activités en autonomie.....

dans ces deux activités, une des compétences développé est l’autonomie. c’est pourquoi l’animateur est très peut présent dans le jeu, mais ce n’est par autant qu’il n’a pas un rôle crucial dans son déroulement. En effet si ces jeux sont stimulant par le rôle d’importance et l’autonomie qui est conféré aux jeunes, il peut au contraire devenir angoissant ou frustrant si le jeune est baigné par un sentiment de ne pas être capable, ou alors d’avoir une impression d’échec, ce qui court-circuiterait l’objectif de l’activité.

le rôle de l’animateur est de faire en sorte que de tels idée ne surviennent jamais. il pourra pour cela participer à la réflexion, montrer aux jeunes le champ des possibles , voir donner des conseils. Il faut cependant qu’il garde en mémoire que son but est qu’au final, ses jeunes aient le sentiment d’avoir accompli quelque chose par eux même.

ces genres d’activités peuvent se conclure par des conseil de méthode de travail en groupe

 4/l’art du brainstorming

avec un projet ouvert, chacun aura une idée génial en tête qu’il voudra absolument voir réalisé ou au contraire n’arrivera pas à former une idée tant le possible est immense. voila deux barrière de la créativité.

PNG - 12 ko
brainstorming !

pour la petite histoire le concept de brainstorming à été développé dans les années 40 par une entreprise de publicité pour fertiliser la créativité du groupe.elle repose sur une méthode en trois étape

- une préparation et une maturation : il s’agira par exemple de lister le matériel à disposition et de réfléchir personnellement, noter ses premières idées.

- première phase de réunion : créativité. il s’agit d’exprimer toutes ses idées sans réserves ni autocensures, ne pas hésiter à rebondir sur les idées, mais sans porter de jugement.durant cette étape , il est préférable qu’une personne se charge de noter les idées à la volée, et qu’une autre se charge de réguler la réflexion ( c’est à dire empêcher que la discutions dérive du sujet ou ne s’emporte).

- passé cet étape (qui pourrait être interminable:-P), il s’agit de reformuler les idée, les hiérarchiser de manière synthétique, de maniéré a pouvoir faire une sélection en fonctions des contraintes.

En plus d’être méthodique , le brainstorming est ludique et à pour bénéfice de rapprocher les gens et donc souder le groupe.



Guillaume Ducombs,
date de publication : 11 mars 2015,
date de dernière mise à jour : 10 mars 2015


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Documents à télécharger

Cherchez parmi 77 articles :