Accueil du site > Ressources > La Photographie

La Photographie

Cette fiche vous présente les principes de bases de la photographie,e t propose des conseils pour pallier aux principaux cas de figure qui se présenteront à vous.







Les étapes et les éléments à prendre en compte pour une initiation à la photographie.

Appareil récent permettent de faire des photos valables assez facilement, mais faire une jolie photographie repose sur Composition, de la netteté et de l’exposition.

Publicité, communication, exposition, plaisir personnel

 Les bases de la prise de vue

L’appareil photo : Quel que soit le niveau de développement de votre appareil (compact, bridge ou reflex), le principe est toujours le même : l’image va passer par l’objectif à travers le diaphragme, et se projeter sur le capteur. La photo sera ensuite réalisée en exposant le capteur à l’image un temps donné (temps d’exposition).

Schéma de l’appareil photo

Exposition : Le premier critère de qualité d’un cliché est l’exposition. une photo bien exposée est une photo qui présente une luminosité harmonieuse. Lorsque la photo est trop lumineuse, on dit qu’elle est « sur-exposée ». Lorsqu’elle est trop sombre, on parle de « sous-exposition ». L’exposition d’une photo dépend de la luminosité ambiante ainsi que des sources lumineuses d’appoint (flash, luminaires), de l’ouverture du diaphragme et du temps d’exposition.

Lumière : Le premier élément dont dépend la luminosité d’une photo, c’est la lumière avec laquelle le cliché est réalisé. En général, la lumière naturelle en extérieur est amplement suffisante en l’exploitant au mieux (voir paragraphe sur la composition), mais il existe certains cas où celle-ci est insuffisante : photo d’un sujet à l’ombre dans un environnement lumineux, photo à contre jour et photo à l’aube ou au crépuscule. Dans ces cas, certains réglages de l’appareil ainsi que l’utilisation du flash seront nécessaire. En intérieur, réaliser des clichés nécessite généralement un système d’éclairage d’appoint ou au moins l’utilisation du flash. Néanmoins, l’utilisation d’objectifs à ouverture importante peut permettre de se passer d’un apport externe de lumière (objectifs f/2.8 et valeur en-deça).
- Photographie à contre-jour : dans une photographie à contre-jour, le capteur reçoit la source de lumière plus ou moins directement, et donc l’appareil va avoir tendance à à caler son exposition sur cette lumière, rendant très sombre tout objet qui n’est pas éclairé par cette même source de lumière. Généralement, un portrait à contre-jour nécessite l’utilisation d’un flash pour « déboucher » (éclairer) le sujet à l’ombre.

Ouverture : De la valeur d’ouverture du diaphragme dépend la quantité de lumière qui rentre dans la chambre du capteur. Plus le diaphragme sera ouvert (valeur f/X faible), plus il y aura de lumière (nécessitera donc un temps d’exposition faible). Néanmoins, il faut savoir que la valeur d’ouverture va aussi directement jouer sur l’étendue de la zone qui sera nette sur l’image (profondeur de champ, voir paragraphe dédiée plus bas).

Temps d’exposition : Du temps d’exposition dépend également la quantité de lumière qui rentre dans la chambre du capteur. Plus l’exposition sera longue, plus il y aura de lumière captée. Cette valeur de temps d’exposition est en relation directe avec l’ouverture : plus l’ouverture sera grande (plus de lumière rentre, f/2.8 par exemple), plus l’exposition devra être courte. Au contraire, pour des valeurs d’ouverture faible (f/11 par exemple), un temps d’exposition long sera nécessaire pour obtenir une photo correctement exposée. Néanmoins, plus le temps d’exposition sera long, plus le risque de flou est important (voir paragraphe dédié plus bas).
- Correction d’exposition : sur des appareils de type reflex, on peut instaurer une correction d’exposition (+/- X IL). Cela permet de rendre plus claire ou plus sombre un cliché lorsque le couple exposition-ouverture déterminé par l’appareil ne satisfait pas le photographe. Il existe sur certains appareils une fonction qui permet de prendre plusieurs clichés (généralement 3) avec des corrections différentes : le bracketing. Cette fonction permet d’assurer la prise d’une exposition idéale ou presque : après avoir réglé les corrections voulues (X IL), l’appareil va prendre 3 clichés successifs à + X IL, 0 IL et - X IL.
- Mémorisation d’exposition : les appareils avancés (type reflex) possède généralement un bouton permettant de mémoriser une exposition. Cette fonction a l’avantage de pouvoir régler l’exposition sur une zone décentrée ou d’intérêt, puis de recadrer... A FINIR

Composition : Enfin, la composition d’un photo dépend généralement de la volonté du photographe, mais aussi de sa volonté de faire un cliché rapide sans recherche de composition ou de chercher au contraire à composer une photo agréable à regarder, harmonieuse. La composition d’une photographie dépend souvent du goût de l’auteur ainsi que ce qu’il a voulu fixer sur le cliché. néanmoins, quelques principes de bases peuvent apporter un véritable « plus » à une photographie : l’angle de vue et le cadrage.

Angle de vue : lorsque l’on choisit de photographier un sujet donné, l’angle de vue est le premier paramètre à choisir, et dépend de 3 variables :
- la distance à laquelle le prendre (gros plan, portrait, plan large, intégration du sujet dans le paysage) : plus on voudra mettre l’accent sur le sujet, plus on fera un gros plan. Les plans larges seront généralement préférés pour des sujets dont on veut montrer son environnement (photos de jeux en extérieur ou photographie animalière). Ce paramètre dépend de la distance à laquelle on se trouve du sujet, mais également du zoom. En réglant ce dernier, on peut modifier sans bouger l’angle de vue (« distance focale »).
- de quel côté on souhaite prendre le sujet : généralement, ce choix dépend de la source lumineuse disponible, en photographiant le sujet du même côté. Cette position donne l’avantage d’avoir un éclairage maximal sur le sujet, afin de minimiser les zones d’ombres, ainsi que d’importants contrastes lumineux. Contre-jour : certains clichés seront intéressants en contre-jour. Pour celà, le photographe fait plus ou moins face à la source lumineuse (ex. portrait ou photo de groupe devant un coucher de soleil ou simplement le ciel), et devra utiliser une source lumineuse d’appoint (flash) pour éclairer (« déboucher ») les zones d’ombre du sujet. Choix de l’arrière plan : la volonté de choisir un arrière-plan harmonieux va également jouer sur ce paramètre. Un fond harmonieux sera privilégié, plutôt qu’un arrière-plan contenant des éléments « perturbateurs »... Il vaut mieux une photo d’intérieur avec un mur uni en fond, plutôt qu’un extincteur ou une fenêtre surexposée. De même, il vaut mieux une photo d’extérieur avec un fond composé d’une haie ou d’un paysage naturel, plutôt qu’avoir un pylône ou un élément bétonné dans celui-ci ;-)
- de quelle hauteur : ce paramètre souvent ignoré est pourtant souvent primordial pour donner toute la stature à un sujet. C’est la raison pour laquelle il est généralement recommandé de photographier un sujet de la même hauteur que celui-ci. Plongée (pris de dessus) : ce point de vue a malheureusement pour effet d’écraser le sujet. Néanmoins, ce n’est pas un point de vue à oublier. Il existe certains cas, comme des photos de maquettes ou de groupes de personnes (jeux extérieurs) où un point de vue plus élevé va permettre de montrer plus de détails de la maquette, ou tous les visages des personnes photographiées, alors qu’un point de vue « à la même hauteur » n’aurait pas permis de voir. Contre-plongée (pris de dessous) : ce point de vue va au contraire agrandir un sujet, et est parfois utilisé pour montrer sa grandeur. Ce point de vue, souvent utilisé en architecture ou pour photographier des arbres, est oublié pour la photographie de plantes, ou de personnes. Le point de vue particuliers que ce type de photo donne apporte parfois un « plus » évident en montrant par exemple un visage ou un regard tourné vers le sol.

Cadrage : Ce second paramètre est souvent primordial pour donner de l’harmonie à une photographie. Il s’agit de positionner le sujet sur le cliché. Généralement, le sujet est positionner au centre de la photo, étant souvent du à la zone central de mise en point des appareils modernes. Il existe pourtant un principe fondamental qui permet de donner plus de force à un cliché : la « règle des tiers ».
- « Règle des tiers » : ce principe fondamental en photographie découpe le cliché en trois partie égale dans le sens de la hauteur et de la largeur. A chaque tiers , on dispose ainsi de deux « lignes de forces ». Sur ces lignes horizontales, le positionnement de l’horizon est généralement recommandé (sur le tiers haut si on veut magnifier le sol, sur le tiers bas si c’est le ciel que l’on veut mettre en avant). Sur les lignes verticales, on placera généralement le sujet. Ce décalage par rapport au centre va donner plus d’harmonie et permettra de donner du champ au regard (le choix de la ligne de force va dépendre du regard pour donner de l’espace à celui-ci). Enfin, les intersections des lignes de force horizontales et verticales présentent ce que l’on appelle les « points de force ». Ce seront généralement les positions privilégiées d’un sujet éloigné, et du regard d’un sujet proche.

Netteté : La netteté d’une photo est généralement le second critère qui détermine la qualité d’une photographie. Un cliché flou sera rédhibitoirement écarté. Mais parfois, la zone de netteté, si elle est bien sur le sujet, n’englobe pas forcément d’autres éléments au second plan que nous aurions aimé voir net. Ce paramètre dépend donc non seulement de la capacité de l’appareil à faire le mise au point grâce à l’autofocus (ou le photographe en mode manuel), mais aussi de l’ouverture, et de la vitesse d’exposition.

Mise au point : Les appareils récents disposent généralement d’un système de mise au point interne très performant, auquel on peut faire confiance. Néanmoins, la chose primordiale est d’abord de savoir où la mise au point se fait (position du collimateur). Généralement situé au centre, ce dernier permet de faire la mise au point sur un sujet qui se trouvera au centre du cliché. Le respect de la règle des tiers va néanmoins nous confronter à un problème : la mise au point sur un sujet décentré. Sur les appareils plus évolués tels que els bridges ou les appareils reflex, le collimateur peut souvent être déplacé. Impossible sur les compacts, on fera alors appel à la technique de « mémorisation de la mise au point » : Cette fonction est généralement disponible sur tous les appareils photos. La mise au point se fait généralement se fait en appuyant sur le bouton de déclenchement à mi-course. En restant à cette position, la mise en point, une fois réalisée, est alors mémorisée et ne changera pas tant que vous ne relâcherez pas le bouton. Vous serez alors libre de recadrer votre cliché selon votre volonté, puis d’enfoncer le bouton à fond pour déclencher.

Ouverture : cette valeur correspond au niveau d’ouverture du diaphragme présent sur tout appareil photo. Cette ouverture va avoir une influence sur la quantité de lumière qui rentre dans la chambre (voir partie exposition), mais aussi sur la zone de netteté, appelée profondeur de champ (PDC). Plus le diaphragme sera fermé (valeur d’ouverture importante), moins de lumière rentrera et la zone nette sur la photo (PDC) sera importante. Sur les appareils bridges et reflex, il est souvent possible de choisir soit-même la valeur de l’ouverture. Lorsque l’on a pas d’autre choix que les modes prédéfinis de photo (exemple des compacts), il faut connaître les caractéristiques de ceux-ci. Généralement, le mode « paysage » permet d’avoir une PDC importante, alors que le mode « portrait » va au contraire avoir une PDC très réduite. Ainsi, pour une photo de groupe (plusieurs visages à différent plan), nous aurons tout intérêt à utiliser le mode « paysage » (pour avoir tous les visages nets) plutôt que le mode portrait (seul le visage où sera fait la mise au point le sera).

Temps d’exposition : En parallèle à l’ouverture et à la quantité de lumière qui rentre dans la chambre, l’appareil va déterminer un temps d’exposition idéal pour avoir une photo correctement exposée. Le problème est que plus on réduira la lumière (par l’ouverture ou par les conditions lumineuses présentes), plus le temps d’exposition devra être important. Un temps d’exposition trop important risque malheureusement d’engendrer du flou, de bougé (dû au photographe) ou de mouvement (dû aux mouvements du sujet). Généralement, on préconise que le temps d’exposition (1/X) dépend de la focale utilisée (X mm). Ainsi pour un objectif de 50 mm, il est préconisé de ne pas avoir une exposition supérieur à 1/50e de seconde. Au-delà, les risques de flou de bougé deviennent très importants. Aussi, plus l’objectif utilisé aura une focale importante, plus le temps minimale d’exposition sera faible. Le développement des systèmes de stabilisation intégré permettent de diminuer un peu la vitesse d’exposition, mais ne permet pas de miracle ;-) Pour des sujets aux mouvements rapides, il sera donc privilégié une ouverture importante permettant d’avoir un temps d’exposition très court. Pour un sujet immobile au contraire, il est possible de fermer le diaphragme pour diminuer le temps d’exposition, dans les limites du raisonnable.

Exposition : echnique .. à fairette nettetémise au point (mise au point manuelle, autofocus et mémorisation de mise au point, flou (temps d’exposition))

Exposition : ouverture (bracketing), temps d’exposition (mémorisation d’exposition), lumière (contrejour)

 Les exemples d’application

Photographie d’extérieur Portrait Photos de groupe et jeux Photographie paysagère (cas des poses longues) Macrophotographie : insectes, fleurs, cristaux de neige Photographie de flore Photographie minérale Piégeage photographique

Photographie d’intérieur Portrait Photos de groupe, veillées Photographie d’expérience, de maquette Photographie par miscroscopie/loupes bionoculaires

 Idée d’activités à agrémenter

Les enfants dispose d’un appareil photographique pour 2 (idéal). Ils doivent choisir un objet de leur choix. Apprendre à faire varier paramètre par paramètre... Expo photo Herbier photographique


Téléchargement

Connexion

Numérotation des images et tri

Traitement



David GRIMARDIAS, Olivier BIOTEAU,
date de publication : 11 mars 2008,
date de dernière mise à jour : 15 février 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Cherchez parmi 77 articles :