Accueil du site > Ressources > Le jeu des animaux

Le jeu des animaux



Lieu : Activité de loisir
Domaines : Activités intellectuelles,


- Jeu particulièrement adapté lorsque les joueurs sont pas mal fatigués, par exemple pour clore une veillée. Mais dans ce cas, se réserver un bon quart d’heure, temps minimal pour que le jeu s’épuise de lui-même !

- Autre application : lorsque l’attention du groupe est très dispersée, et (donc) qu’il y a trop de bruit, par exemple avant de manger (mais plutôt le soir, meilleur moment pour les jeux d’expression à mon avis).

- De 10 à 20 personnes environ. J’ai testé ce jeu lors d’une grande réunion de famille : il peut faire jouer ensemble les tout-petiots, les ados, les anims, les grands-pères, ...les directeurs :-p ... ;o)

- Stimule la créativité en début de partie, l’observation et la mémoire en cours de partie, l’attention et la concentration à la fin !

S’asseoir en cercle (bonus : avec un feu de camp au milieu).

Chacun choisit un signe pas trop dur à faire, et silencieux, représentant un animal (voir les exemples du dessin).

Ensuite, chacun change de place dans le cercle : les participants doivent être assis dans l’ordre du plus jeune au plus vieux. L’animal choisi par le plus jeune sera, pour cette fois, élu Roi des animaux. Par la suite, les participants changeront de place dans le cercle, mais l’ordre des animaux restera inchangé : en bougeant on change d’animal.

Une fois que chacun a montré son signe à l’assistance, le Roi (ex : le roi Cochon) commence.
- Il fait son signe, puis celui d’un autre animal, par exemple le poisson.
- Cela signifie : « Cochon appelle poisson. »
- Le poisson enchaîne : il fait son signe, puis celui de l’animal suivant.
- L’animal suivant enchaîne, etc.

Le tout se déroule sans parler, et le plus vite possible !

Au bout d’un moment quelqu’un aura perdu le fil : il ne s’apercevra pas qu’il a été appelé...
- On lui accorde quelques instants, des fois qu’il se rattrape in extremis...
- Si ce n’est pas le cas, il perd sa place et prend celle de l’aîné. Si l’aîné était, par exemple, le crabe, le perdant change d’animal et devient le crabe.
- L’aîné, lui, monte d’un cran et devient, par exemple, le lapin.
- L’ancien lapin devient alors canard... etc.

Au fil du jeu, si l’on ne perd pas, on va donc fatalement monter doucement dans la hiérarchie, à mesure que les animaux mieux placés que nous perdent.

Le but du jeu est bien sûr de devenir, puis de rester, le roi des animaux !



Jan BILLAND,
date de publication : 30 mars 2006,
date de dernière mise à jour : 15 février 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Cherchez parmi 77 articles :