Accueil du site > Ressources > Les sens sont parfois trompeurs

Les sens sont parfois trompeurs

Notre connaissance du monde est façonnée par nos sens, mais ils sont parfois trompeurs et peuvent nous jouer des tours !







 Combien a t-on de sens ?

A cette question, nous répondons spontanément : cinq ! La vue, l’odorat, l’ouïe, le goût et le toucher. Mais cette idée n’est-elle pas un peu dépassée ? En effet, cette idée nous vient d’Aristote et date du IVè siècle av. J.-C. Depuis, les scientifiques ont revu cette conception et même si ils ne s’accordent pas sur le nombre exact de sens que nous possédons, il parait clair qu’il s’élève à plus de cinq !

 Qu’est-ce qu’un sens ?

Pour savoir de combien de sens nous sommes dotés, il faut commencer par définir ce que l’on considère comme un sens. Il s’agit d’un procédé par lequel un stimulus de l’environnement (lumière, son, pression ...) est capté par un récepteur sensoriel, transformé en influx nerveux puis transmis au cerveau. Le cerveau va alors l’analyser et le mettre en relation avec les connaissances qu’il a en mémoire pour créer une perception.

Dans le cas de la vision par exemple, la lumière arrive sur l’œil où les photorécepteurs de la rétine captent sa longueur d’onde et la transforme en influx nerveux qui sera transmis au cerveau via le nerf optique. Le cerveau interprète ces informations et construit une image.

D’autres organes sensoriels ont été progressivement découverts comme le système vestibulaire, situé dans l’oreille interne et qui assure l’équilibre. De nombreux récepteurs sous la peau nous permettent de distinguer le chaud du froid (thermoception) ou de ressentir la douleur (nociception). Nous possédons également des récepteurs sensibles à l’étirement de la peau et des muscles qui nous permettent de connaître la position relative de nos membres, c’est la proprioception.

 Illusions perceptives

Nos sens nous permettent de percevoir le monde qui nous entoure, mais comme nous l’avons déjà tous expérimenté, ils peuvent aussi parfois nous jouer des tours. C’est ce qu’on appelle les illusions perceptives. Elles ont lieu lorsque les stimuli extérieurs envoyés par les organes des sens au cerveau ne concordent pas avec les informations déjà stockées en mémoire.

Bien que les illusions visuelles (ou illusions d’optique) soient les plus connues, ces phénomènes sont également observés pour tous les autres sens.

Prenons ici l’exemple d’une illusion de la proprioception : l’illusion de Pinocchio. Une étude (Lackner, 1988) a montré que si l’on demande à un sujet de toucher son nez avec le doigt et qu’on stimule son biceps électriquement au même moment, le sujet a l’impression que son nez s’allonge ! A cause de la stimulation électrique des muscles, le cerveau croit que le bras s’étend alors que le contact avec le nez est maintenu, ce qui lui donne l’illusion d’un nez très grand.

 Comment expérimenter l’illusion de Pinocchio ?

JPEG - 77.9 ko
L’illusion de Pinocchio

Vous aurez besoin de deux personnes volontaires, deux chaises et un foulard. La personne qui porte le foulard sur ses yeux s’assoit derrière, en regardant le dos de l’autre. La personne masquée place alors une main sur son nez et l’autre main sur le nez de la personne de devant puis tapote et caresse doucement les deux nez. Il faut essayer de faire les mêmes mouvements simultanément sur les deux nez pendant trente secondes à une minute jusqu’à avoir l’impression que son nez s’allonge !

 Pour aller plus loin

Exemples d’autres illusions perceptives :
- Illusions visuelles
- Illusions auditives

 Bibliographie

Lackner, J.R. (1988). Some proprioceptive infuences on the perceptual representation of body shape and orientation. Brain, 111, 281-297.



Amandine PICARD,
date de publication : 11 mars 2015,
date de dernière mise à jour : 11 mars 2015


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Cherchez parmi 77 articles :