Accueil du site > Ressources > Tour d'observation

Tour d’observation



Lieu : Activité éducative
Domaines : Activités manuelles,


Une tour d’observation avec, à sa base un espace de travail et une bibliothèque pour les campeurs, peut être construite en bordure du Lac St-jean. Les matériaux utilisés et les techniques de construction peuvent favoriser le développement durable. L’aménagement intérieur peut être entièrement réalisé par les campeurs avec des matières récupérés. Des systèmes d’énergie solaire, éolienne et hydroélectrique (sous forme de moulin), peuvent être construits par les campeurs et intégré au bâtiment.

 LA TOUR D’OBSERVATION

Le Saguenay-Lac-St-Jean est une région du Québec riche en flore et faune. L’idée d’implanter une tour d’observation en bordure du lac semble être un projet réalisable. Seulement, depuis quelques années, les hommes se rendent compte des effets néfastes qu’emmène la construction d’un bâtiment. Ces constructions consomment énormément d’énergie et produisent beaucoup de rejets de toutes sortes. Ils ne sont pas compatibles avec l’environnement dans lequel ils sont implantés. C’est pourquoi il faudrait penser à appliquer une méthode d’architecture durable pour construire une tour d’observation.

Un projet qui s’étend sur quelques années, peut être réalisé sur ce sujet. On recherche les méthodes les plus efficaces pour l’érection d’un bâtiment durable, qui exploite des ressources renouvelables. On explorer les aspects suivants : les fondations et les contraintes, les matériaux, les techniques de développement durable, notamment les énergies renouvelables.

Les fondations et les contraintes : Pour la construction d’un bâtiment, il y a plusieurs normes à respecter pour s’assurer de la commodité de la construction, de la solidité des fondations et autres. Ces normes diffèrent selon l’emplacement du bâtiment, elles respectent le climat, les coutumes et le mode de vie du lieu occupé. Il existe des normes pour chaque élément qui fait parti de la construction tel : le choix du terrain, les fondations, les planchers, les murs, le toit, les protections à l’air et à la vapeur, les portes et fenêtres, la finition et les matériaux.

Les matériaux : Après l’étude de différents matériaux, certains se sont avérés plus efficaces que d’autres au développement durable. C’est le cas des matériaux non allergènes, des matériaux qui ne cause aucun effet secondaire sur la santé des occupants. Les matériaux recyclés ou récupérés, sont aussi très avantageux. On peut utiliser les ressources qui font partie de l’écosystème environnant. Certains matériaux sont également dit naturels et écologiques, ils proviennent de la nature et leur transformation ne pollue pas l’environnement.

Les techniques de développement durable : Plusieurs techniques sont utilisées dans plusieurs domaines, notamment dans la construction, pour assurer un développement durable. Il y a : l’architecture organique, qui est une méthode de travail qui part de l’objet et lui donne une dynamique grâce aux motifs et couleurs qu’il confère au bâtiment. Il y a aussi la biohabitation, aussi connue sous le nom d’architecture verte ou maison écologique, qui tente de promouvoir un habitat naturel et écologique pour la santé et le confort. Comptons aussi la biomasse qui offre un rendement énergétique tout comme la bioclimatique. Celle-ci, tout comme l’orientation intelligente, s’appuie sur l’emplacement, l’orientation, l’isolation et l’aménagement intérieur des espaces pour maximiser l’apport énergétique, profiter de l’ensoleillement et se cacher du vent. Les énergies renouvelables, comme l’énergie solaire, l’énergie hydroélectrique, l’énergie éolienne et la biomasse, mentionnée plus haut, qui sont, elles aussi, des sources considérables d’énergie. Il ne faut surtout pas oublier le recyclage, qui fait beaucoup avancer le développement durable et maintien la qualité environnementale de notre planète.

 Fiche pédagogique (plans, normes et fondations) : Pour un groupe d’enfant de 13-14 ans :

Sensibilisation : Envoyer des lettres avant l’arrivée des enfants concernant la situation mondiale sur l’environnement. Donner des informations sur le protocole de Kyoto et autres situation environnementales. Envoyer quelques exemples de développement durable déjà existants. Et les soumettre à une réflexion face à cette problématique. Présenter sommairement le projet.

Contact : On organise une promenade dans la nature comme première activité. Le groupe en profit pour faire connaissance et se familiariser avec les lieux. Ensuite, en équipe, les campeurs doivent construire des abris de survie en forêt avec les matériaux qui sont présent dans la nature. nous analysons ensuite chacun des abris et les campeurs tentent de sortir les points forts et faibles (le terrain, les matériaux, la solidité, etc) de la construction.

Découverte : Une liste de nos analyses est par la suite rédigée. Ensuite les enfants apportent leurs propres connaissances et complètent la liste.

Approfondissement : Un rallye est organisé. Les enfants possèdent un questionnaire et une carte, ils partent avec des rubans à mesurer pour répondre aux questions. Les questions portent sur les normes et les fondations. Ils ont comme mission de trouver les mesures standards des éléments d’un bâtiment et autre. On procède ensuite à l’étude de plans de d’autres constructions pour regarder les principes et les techniques utilisés.

Recherche : Ensuite ils complètent leurs connaissances en regardant sur internet. Des recherches dans les livres sont effectuées, les méthodes de développement durable introduites. Les esquisses et les plans prennent forme. Différentes équipes peuvent s’occuper de différentes parties de la construction et à chaque jour une rotation s’effectue. Ensuite une maquette peut être réalisée.

Retransmission : Tout au long du séjour, les campeurs prennent des photos du projet en développement et des moments inoubliables en groupe. A la fin du séjour tout le monde travaille en coopération sur l’élaboration d’un « scrapbook » et nous y introduisons le développement du projet avec des copies des dossiers, afin que les prochains campeurs puissent poursuivre le projet.

Bilan : Par la suite, l’évolution du projet est séparée en trois phases. Les campeurs préparent de petits kiosques que les autres campeurs et les parents peuvent visiter pour voir le projet qui est en cours de réalisation.



Carol Ann HARRISON ,
date de publication : 2 mai 2006,
date de dernière mise à jour : 15 février 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Cherchez parmi 77 articles :