Accueil du site > Ressources > Bataille navale géante

Bataille navale géante



Lieu : Activité éducative
Domaines : Divertissement,


Voici un grand jeu destiné principalement aux enfants de 10 à 12 ans mais auquel peuvent éventuellement s’intégrer des plus jeunes ou des préadolescents. Sur le même principe qu’une bataille navale, deux équipes s’affrontent sauf que pour parvenir à attaquer l’équipe adverse et être les premiers à couler ses bateaux, il va falloir mettre au point une stratégie, s’organiser et courir vite… !!

Introduction

En extérieur, sur un terrain plutôt dégagé mais éventuellement pourvu de quelques obstacles, 20 à 40 enfants peuvent participer. Selon cet effectif, un minimum de 3 ou 4 animateurs est nécessaire pour le bon déroulement de la partie (1 animateur par équipe, 1 ou 2 animateurs sur le terrain de jeu).

Déroulement

2 équipes s’opposent, elles possèdent chacune un camp. Les enfants sont soit des défenseurs, soit des attaquants, et se répartissent le plus équitablement possible au sein de leur équipe.

Chaque équipe possède aussi deux grilles (attaque et défense). C’est un animateur (deux dans l’idéal) qui gère les grilles d’une équipe. Selon le nombre d’enfants en activité, un ou deux animateurs gardent un visuel sur le terrain de jeu et gèrent les aléas éventuels.

Excel - 113 ko
Grille attaque et défense

- Chaque équipe détermine l’emplacement de ses bateaux sur sa grille de défense :
— 1 porte-avions de 5 cases
— 1 croiseur de 4 cases
— 3 ravitailleurs de 3 cases
— 3 torpilleurs de 2 cases
— 2 sous-marins de 1 case

JPEG - 72.5 ko
Exemple d’une grille de défense

Les bateaux ne doivent ni se toucher ni se superposer. C’est à dire que pour un sous-marin par exemple, on place une croix dans une case et les 8 cases adjacentes ne peuvent plus être utilisées pour un autre bateau.

JPEG - 34.5 ko
Placement des bateaux
En gris : les bateaux ; En rouge : les emplacements interdits

- Dans une même équipe, les enfants se répartissent en défenseurs et attaquants selon la stratégie qu’ils ont choisie.

- Chacune des équipes attaque l’autre en faisant passer un maximum de papier de leur camp au camp adverse. Les papiers sont donnés et réceptionnés par un animateur. Sur chaque papier est inscrite une case (par exemple B5, H7, C6...). Pour faire passer un papier, c’est le principe du « douanier-contrebandier », le joueur le cache sur lui (attention à bien définir et énoncer dès le départ ce qui est autorisé ou non : « ni dans le nez, ni dans la bouche… »). S’il se fait attraper ou toucher par un membre de l’équipe adverse, il doit s’arrêter. Le joueur est alors fouillé pendant 15 secondes. Si rien n’est trouvé, il continue son chemin, sinon il retourne chercher un autre papier dans son camp.

S’il réussit à atteindre le camp adverse, l’animateur vérifie que l’enfant a bien un papier d’attaque sur lui, et il lui donne oralement le résultat du tir (« touché », « coulé » ou « à l’eau »). Pour les plus jeunes, l’animateur peut éventuellement l’écrire sur le papier. L’enfant retourne alors dans son camp pour transmettre l’information à l’animateur de son équipe.

Est déclarée gagnante, celle qui parvient à couler tous les bateaux de l’équipe adverse.

JPEG - 45.5 ko

Matériel nécessaire

- Un terrain avec quelques cachettes ou obstacles plutôt qu’un terrain nu.
- Deux grilles vides, un stylo, et une pochette par équipe.
- Des foulards ou autre pour distinguer les équipes les unes des autres.
- Du papier brouillon pour distribuer les attaques.
- Une petite boîte par équipe pour récupérer les petits papiers et s’économiser du temps de ramassage à la fin du jeu...
- Un talkie-walkie par animateur, bien pratique d’abord pour gérer d’un camp à l’autre les petites erreurs des messagers, et ensuite pour communiquer avec les animateurs restés sur le champ de bataille...

Des idées en plus

- Si on dispose d’un peu de temps pour l’organiser, il est possible d’imaginer un contexte comme une bataille entre deux clans pirates ennemis ou une bataille entre deux espèces animales sous-marines, selon l’imagination... Dans ce cas, les enfants s’inventent un nom et un signe distinctif pour leur équipe (maquillage, déguisements...).

- Et avec une bonne sono, pourquoi ne pas rajouter de la musique, et des bruitages dignes d’une véritable production hollywoodienne… !!

- Si l’effectif est supérieur à 40 enfants, il est également possible de créer 4 équipes. Attention, dans ce cas, il faut un très grand terrain de jeu. Deux alternatives sont alors possibles :

  • Soit la bataille se joue 1 contre 1, c’est à dire que les équipes A et B s’affrontent, de même que les équipes C et D.
  • Soit la bataille se joue en boucle, c’est-à-dire que l’équipe A affronte l’équipe B, qui affronte l’équipe C, qui affronte l’équipe D, qui affronte l’équipe A.

Dans les deux cas, la répartition des équipes sur le terrain s’effectue de manière à ce que deux équipes qui s’affrontent ne se côtoient pas de trop près. Et il est important que les signes distinctifs entre équipe soient très clairement identifiables.



Emilie GUYONNET,
date de publication : 2 janvier 2008,
date de dernière mise à jour : 15 février 2013


Soutenez l'association en partageant cette page autour de vous :

Documents à télécharger

Cherchez parmi 77 articles :